Citoyen des rues


LES ENFANTS DES RUES
18 avril 2010, 17:07
Filed under: L'enfant des rues : Définition | Mots-clefs: , ,

L’enfant des rues, quel que soit son pays d’origine, est mineur, en totale rupture familiale,  et il doit lutter pour survivre.


Si les plus grands arrivent encore à survivre, les plus exposés au danger sont résolument les moins de 13 ans.
Il n’existe pas de statistiques fiables  sur le nombre de ces enfants. Ils seraient plus de 120 millions dans le monde (source : unicef)

Les enfants se situent principalement dans la journée à proximité du centre des villes, des lieux de culte et des différentes gares routières et ferroviaires. Le soir, ils se regroupent dans des lieux divers, excentrés et à l’abri des regards. Dans les régions froides, ils passent la nuit dans les entrées d’immeubles ou dans les égouts, surtout en hiver en raison des températures qui peuvent atteindre  les – 40° (Sibérie). Dans d’autres régions , les enfants des rues dorment à même le sol ou sous des abris improvisés (Inde, Maroc)

 

Ils sont exposés à des dangers multiples : malnutrition, problèmes de santé, violence, exploitation sexuelle, toxicomanie, soumission à  un leader, maltraitance et pressions psychologiques.  Face à ce phénomène de marginalité, les enfants se replient sur eux-mêmes en petites communautés, ayant leurs propres règles mais avec un manque total de perspectives d’avenir.

50 % des enfants décèdent dans les 4 premières années qui suivent leur arrivée dans la rue. Cette situation est principalement due aux conditions de vie dramatiques dans lesquelles ils se trouvent plongés.

Si nous devions établir une définition, l’appellation « enfants des rues » regrouperait les enfants de moins de 18 ans, en rupture totale avec leur famille quand ils en ont une, et qui vivent dans la rue.

Les « enfants dans la rue » sont ceux qui ont conservé un lien avec leur famille.

Publicités
Commentaires fermés sur LES ENFANTS DES RUES


CHARTE DE L’ONU
17 avril 2010, 01:47
Filed under: Charte de l'ONU | Mots-clefs: , , ,

Convention relative aux droits de l’enfant

Adoptée et ouverte à la signature, ratification et adhésion par l’Assemblée générale dans sa résolution 44/25 du 20 novembre 1989
Entrée en vigueur le 2 septembre 1990, conformément à l’article 49
Préambule

Les Etats parties à la présente Convention,

Considérant que, conformément aux principes proclamés dans la Charte des Nations Unies, la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine ainsi que l’égalité et le caractère inaliénable de leurs droits sont le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde,
Ayant à l’esprit le fait que les peuples des Nations Unies ont, dans la Charte, proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme et dans la dignité et la valeur de la personne humaine, et qu’ils ont résolu de favoriser le progrès social et d’instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande,

Reconnaissant que les Nations Unies, dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans les pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme, ont proclamé et sont convenues que chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés qui y sont énoncés, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation,

Rappelant que, dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, les Nations Unies ont proclamé que l’enfance a droit à une aide et à une assistance spéciales,

Lire la suite

Commentaires fermés sur CHARTE DE L’ONU


LA CHARTE DE RUFISQUE
11 avril 2010, 16:26
Filed under: Charte de Rufisque | Mots-clefs: ,


Cette charte, à laquelle nous adhérons, a été élaborée par des chefs de projets, rassemblés en 1995 à Rufisque au Sénégal.

Elle réunit l’ensemble des principes que les membres de « Citoyen des Rues » s’engagent à appliquer :

  1. L’enfant des rues doit être considéré comme un enfant, non comme un délinquant, un asocial, voire un malade.
  2. Avant de parler, l’adulte écoute l’enfant, il tient compte de ses désirs. Le rôle de l’adulte est de lui faire distinguer le rêve de la réalité.
  3. Ce sont les enfants eux-mêmes qui décident ce qui les concerne personnellement ou collectivement.
  4. L’enfant vient volontairement et peut retourner dans la rue s’il le souhaite. Dans les foyers, les décisions sont prises en commun.
  5. L’adulte passe un contrat simple avec l’enfant. Ce contrat doit être scrupuleusement respecté. On fera très attention de ne jamais mentir à l’enfant.
  6. A chaque fois que c’est possible, la priorité sera donnée à un retour stable et durable dans la famille.
  7. Si l’enfant est placé dans un foyer ou une famille d’accueil, il doit vivre sans luxe, dans les mêmes conditions que ce qu’il connaîtra plus tard quand il sera adulte. Les grosses institutions sont totalement bannies.
  8. On attachera de l’importance à préserver chez l’enfant les valeurs de la rue (volonté, débrouillardise, esprit d’initiative, solidarité avec les autres enfants).
  9. L’enfant sera élevé dans la religion de ses parents. Tout prosélytisme doit être proscrit.
  10. L’enfant doit savoir qu’à partir de notre première rencontre, on ne l’abandonnera jamais même quand il sera adulte.

« Si tu es sérieux, on t’aime, si tu ne l’es pas, on t’aime quand même »  A Rufisque

Commentaires fermés sur LA CHARTE DE RUFISQUE