Citoyen des rues


Enfants des rues en Guinée
11 décembre 2010, 15:06
Filed under: Enfants des rues en Guinée

La Guinée se trouve sur la côte atlantique de l’Afrique de l’Ouest.

La majorité desGuinéens travaillant à l’origine dans le secteur agricole se tournent de plus en plus vers le commerce.

Depuis 2005 le nombre de  fonctionnaires a augmenté, en particulier chez les jeunes.  Le pays accueille très peu de touristes étrangers, et ce malgré une grande diversité de paysages et de centres d’intérêts potentiels.

Population : 9 788 000 habitants (2007). 0-14 ans : 44,4% ; 15-64 ans : 52,4% ; + 65 ans : 3,2%
Le  français est la langue officielle. Il est parlé ou compris par environ 6 millions de personnes.  Les langues principales sont le  ‘poular’ en Moyenne-Guinée (Fota-Djalon), le  ‘malinké’ en Haute-Guinée, le  ‘soussou’ et le ‘baga’, le landouma en Guinée-Maritime, le ‘manon’ , le ‘kpelle’, le ‘Toma’, le ‘kissi’, le ‘guerzé’ et le kono en Guinée-Forestière.

Espérance de vie des hommes : 48,28 ans (en 2003)
Espérance de vie des femmes : 50,83 ans (en 2003 )

La situation des enfants de la rue est préoccupante à plus d’un titre.

Ils sont évalués à plus de trois mille (Estimations  2005) rien qu’à Conakry, la capitale.

Ces garçons et ces filles sont livrés à eux-mêmes dans la rue. Ils ont de cinq à dix-sept ans  Ils sont arrivés là attirés par la ville,  espérant une vie meilleure. En effet, leurs parents (pour ceux qui en ont)  ou les personnes qui les hébergent, ne peuvent plus subvenir à leurs besoins. D’autres sont contraints de fuir la famille parce qu’ils y  subissent des injustices et violences…

Ces enfants, à moins qu’ils aient fui délibérément, se sentent investis d’une responsabilité à l’égard de leur famille: ils vont chercher à gagner de l’argent non seulement pour survivre eux-mêmes, mais également pour pouvoir en envoyer à leurs proches. Ils n’ont guère le temps de jouer et ne sont pas scolarisés.

Leur capacité à apprendre est remarquable comme en témoigne leur maîtrise  dans la fabrication d’objets pour  gagner leur vie. Le taux d’alphabétisation a augmenté de 40 % mais malgré cela, les organismes locaux dénombrent toujours plus d’analphabètes que d’instruits.

Commentaires fermés sur Enfants des rues en Guinée